L’1TERVIEW – ANGELA INTONTI, RESPONSABLE MARKETING A LA GRANDE ÉPICERIE DE PARIS

4537Rencontre avec Angela Intonti de la Grande Ep

Ce mois-ci, nous sommes partis à la rencontre d’Angela Intonti, responsable Marketing à la Grande Épicerie de Paris.  Pour rappel, la Grande Épicerie a été le premier point de vente à référencer nos insectes comestibles, dès décembre 2013.  Cinq ans plus tard, nous avons voulu connaître les raisons de ce référencement, mais aussi leur vision du marché de l’épicerie, des tendances ainsi que du futur de l’alimentation.

1. Pourquoi la grande Épicerie s’est-elle intéressée dès 2013 aux insectes comestibles ?

En toute honnêteté, c’est Laurent Trégaro, responsable des achats de la Grande Épicerie, qui est arrivé un jour dans les bureaux pour nous parler d’une petite marque d’insectes apéro, qu’il venait de découvrir. C’est ainsi que nous avons décidé de référencer JIMINI’S, car nous avons trouvé les insectes comestibles pour l’apéritif audacieux mais aussi que c’était dans l’ère du temps, et à vocation responsable et durable. De plus, à cette époque il y avait peu de choix de marques différenciantes dans les gammes apéritives. C’est pourtant l’ADN de la Grande Épicerie ! Nous avons donc décidé d’ajouter les insectes JIMINI’S à notre offre très vite, afin d’être les premiers à le faire.

Et la Grande Épicerie a effectivement été le premier point de vente à nous faire confiance, alors merci !

2. Comment la Grande Épicerie matérialise-t-elle sa préoccupation pour l’écologie et le développement durable ?

Oui évidemment, cela nous tient à cœur et nous tâchons de le mettre en pratique le plus souvent possible. Par exemple, depuis le mois d’août, nous sommes partenaires de la Ferme des Deux Rives, au Val de Reuil en Normandie, à moins de 100km de Paris. L’idée est de pouvoir proposer des fruits et légumes de saison, locaux, produits en permaculture et favorisant les semences anciennes.

3. Qu’est-ce qui vous a plu dans les produits JIMINI’S ?

C’était d’abord la surprise, on a trouvé l’idée maligne et précurseur. Je revenais d’ailleurs à ce moment-là de voyage en Asie du Sud-Est, en Thaïlande notamment. Là-bas, ils sont vendus sur des marchés, ils sont cuisinés et sont bien plus impressionnants. J’ai donc trouvé ça drôle de voir Laurent arriver avec des insectes en France. Nous avons beaucoup aimé le packaging, le travail de l’insecte ainsi que son goût. De plus, votre marque est loin de de l’imaginaire des insectes que nous avons.

4. Comment les clients de la Grande Épicerie ont-ils accueilli cette innovation ?

Comme l’équipe de la Grande Ep, les clients ont d’abord été surpris et curieux. Ils ont regardé les produits et ont eu envie de tester, mais aussi de surprendre leurs copains à l’apéritif.

5. Comment imaginez-vous l’alimentation en 2050 ?

Commençons par le commencement : j’espère que le manger bio, de saison, local sera entré dans les habitudes de tous avec toujours la conscience de l’humain derrière chaque produit, l’importance des petits producteurs, de nos agriculteurs, le respect de nos terres : qu’on leur donne les moyens de cultiver raisonné.

Amen, ça serait effectivement renVERsant ! 

Ensuite, je me demande si en 2050, nous allons fondamentalement changer notre manière d’acheter ? Allons-nous totalement digitaliser les courses ? Est-ce que les magasins existeront encore ? Bref, je ne suis pas devin, mais il y a de nombreuses questions à se poser sur ce sujet.

6. Comment faites-vous pour être précurseurs et toujours à la pointe des tendances ?

Nous sommes tous des passionnés de la food, c’est donc facile et naturel de toujours être à l’affut et alerte sur de nouveaux restaurants et produits. De plus, entre nous, nous partageons beaucoup, on laisse mûrir nos découvertes, on voit les tendances arriver, on repense à des choses, on échange sur nos découvertes et cela nous aide à être toujours précurseurs dans notre sélection de produits.

Nous avons aussi la chance de pouvoir nous balader sur les salons européens et à l’international. Nous sommes donc régulièrement stimulés pour découvrir de nouveaux produits. Enfin, nous allons rencontrer nos producteurs.

7. Comment faites-vous profiter de ce savoir à vos fournisseurs ?

Grâce à notre savoir, à notre connaissance du marché et des tendances nous pouvons aiguiller nos fournisseurs, les conseiller et leur donner des pistes de réflexion. Par exemple, il nous arrive de partager les tendances produits ou de donner des conseils au niveau du packaging. En effet, nos clients aiment le bon mais aussi le beau et nous connaissons leurs goûts.

C’est d’ailleurs notamment grâce à la suggestion de nos revendeurs, dont Laurent Trégaro, que nous avons ajouté une fenêtre transparente sur nos boîtes. 

Quelques questions sur les insectes comestibles :

  • Avec qui voudrais-tu prendre un ver ? Alexandre Gautier de La Grenouillère
  • Plutôt épicerie salée ou sucrée ? Les deux mais si je dois choisir, le salé pour la cochonnaille dont j’ai du mal à me passer
  • Un produit incontournable à la Grande Épicerie de Paris ? Le Poivre Voastiperifery et l’Huile d’Olive Monovariétale Lucques
  • Il y a combien de références à la grande épicerie de Paris ? Pas moins de 30 000 références

Articles récents :

  • Edible insects christmas

    L'hiver et les fêtes de fin d'année approchent... Et comme à chaque année, nous sommes impatients ...

    Lire la suite
  • Whaaat ?! J-20 avant Noël ?! Et encore aucun cadeau de prêt ? 😱 Entre mon père, ma mère, mes ...

    Lire la suite
  • jiminis environnement

    Nous sommes très fiers de vous annoncer que JIMINI'S vient de remporter le prix Entreprises et Environnement ...

    Lire la suite
  • Calendrier de Noël renVERsant - défis d'hiVER

    Vous commencez à nous connaître ? Chez JIMINI'S on aime, pardon... on adooooore innover ! Et quoi de ...

    Lire la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *